Saison un, épisode quatre : Ma vie professionnelle. La Sainte Vierge Marie.

 Mon témoignage: Podcast et Youtube

Dans ce quatrième épisode, je vous ai raconté comment j’ai retrouvé Jésus-Christ. Dans ces retrouvailles, la Sainte Vierge a joué un grand rôle. Je crois que, sans elle, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. Dans cet article, je vous propose de redécouvrir qui elle est et comment elle nous aide à suivre son fils.

 

Qui est-elle ?

Dans l’Église catholique romaine, Marie a une place importante. Cela est d’ailleurs source de désaccord avec nos frères protestants. Marie est avant tout une femme, humaine, et surtout une mère. Tout comme chaque être humain, elle a parcouru les routes de son pays. Elle a été enfant, adolescente, adulte. Elle a dû apprendre, travailler, et aussi vivre toutes les joies de la vie comme ses difficultés. Si Marie a une place si importante dans notre Eglise c’est justement parce qu’elle a mis ses pas dans ceux du Seigneur sans remettre en question sa volonté. Elle a fait preuve d’une grande humilité. C’est ce qui la rend imitable par chacun d’entre nous. En méditant son exemple, nous pouvons, nous aussi, suivre la volonté de Dieu. Ainsi, elle illustre parfaitement les paroles de Jésus qui nous redit que celui qui fait la volonté de son Père est pour lui une sœur, un frère, une mère.

Marie est aussi la femme du sacrifice. J’irais même jusqu’à dire que c’est une femme eucharistique. Souvenons-nous de son oui lorsque l’ange vient lui annoncer qu’elle deviendra mère du Christ. À ce moment-là, elle sacrifie ses projets, ses ambitions pour que ceux de Dieu puissent les remplacer. Lorsque Siméon lui annonce qu’un glaive transpercera son âme, elle comprend que son sacrifice va devoir passer à un autre niveau : celui du bonheur terrestre, pour accueillir un autre bonheur beaucoup plus grand : celui du ciel. 

Lors de la crucifixion, elle recueille dans ses bras le corps de son Fils qui a donné sa vie pour nous. Elle reçoit ainsi le prémice du sacrifice de l’Eucharistie.

À la vue de tout cela, il n’est pas étonnant de penser que l’Eglise l’ait ainsi déclarée Mère de l’Eglise et donc Mère des hommes qui la composent.

Elle est aussi Mère de Dieu. Certaines personnes pensent ainsi que l’Eglise en a fait une déesse précédant Dieu. En réalité, elle est ainsi appelée parce qu’elle est Mère de Jésus-Christ vrai homme et vrai Dieu. C’est en effet un paradoxe compliqué à accueillir pour notre intelligence. Car, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, le fils précède la mère, car le Christ vivait avec Dieu depuis toute éternité.

Marie est aussi la femme courage soutenue par la grâce de Dieu. Quand on voit tout ce à quoi elle a dû faire face, on comprend mieux qu’elle ait bénéficié de la grâce de l’Immaculée Conception. Cette grâce soutient le courage, la volonté et la liberté de la Vierge Marie durant toute sa vie et dans toutes ses décisions. Elle lui est conférée par avance de la victoire de son Fils. Ce qui est logique, car dans l’éternité, le Père, source de toute grâce, sait que son Fils est déjà vainqueur.

Elle nous montre comment marcher à la suite de son Fils.

Si nous regardons l’Évangile dans sa globalité, nous pouvons observer qu’elle est très discrète, qu’elle parle peu. Lors des noces de Cana, elle nous redit : « tout ce qu’il vous dira, faites-le ». Elle ne dit pas à son Fils ce qu’il doit faire. Elle se contente d’observer l’Humanité présente autour d’elle et présente sa situation à son Fils. Elle est ainsi celle qui se met au service de Dieu, et non l’inverse, faisant preuve de confiance sachant que son Fils sait mieux ce qui est bon pour chacun d’entre nous. Et elle nous montre ainsi la véritable attitude du croyant. Elle met ainsi en application les paroles qui ont été dites aux apôtres présents lors de la Transfiguration : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ». Elle reste ainsi fidèle à son fiat : « je suis l’humble servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole ».

De ce fait, Marie nous montre également comment vivre la grâce baptismale. Le fiat de Marie est celui de l’engagement envers Dieu de le suivre et de faire sa volonté. C’est la démarche fondamentale que nous faisons lorsque nous recevons le baptême. Celui de la volonté propre qui fait sienne la volonté de Dieu par un oui qui est renouvelé chaque jour.

Conclusion.

Celui qui écrit ces lignes le fait pour souligner le bienfait d’accueillir la Vierge Marie dans sa vie. Je ne saurais exprimer le nombre de grâces que j’ai reçues en la priant. Elle a été une grande aide pour moi dans chaque étape de ma vie. Je ne peux qu’encourager ceux qui ont entendu le témoignage, ceux qui lisent ces lignes, d’accueillir à leur tour Marie dans leur vie et de lui faire une place par la prière. Elle ne prendra jamais la place de son Fils, mais elle vous aidera à mieux l’accueillir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *