Saison un, épisode cinq : Virage à 180°. L’appel et le discernement.

Mon témoignage: Podcast et Youtube

Dans cet épisode, je vous ai partagé les moments importants de ma vie de foi. Vous l’aurez compris, le virage à 180° a été cet appel que le Seigneur m’a adressé. C’est une expérience qui peut être déconcertante. Dans cet article, je vous offre quelques pistes utiles à connaître pour pouvoir discerner les appels du Seigneur dans notre vie.

 

L’appel, qu’est-ce que c’est ?

L’expression : « le Seigneur m’appelle » est une expression piégée. Quand Il appelle, c’est rarement clair et direct. L’appel, c’est avant tout un événement du quotidien, un sentiment intérieur qui est relu avec le regard de la foi. Ce n’est pas forcément devenir prêtre ou consacré. L’appel concerne tout le monde et tous les domaines de la vie. Ça peut être, par exemple, fonder une famille, travailler dans un domaine particulier,… Les ouvriers que le Seigneur appelle à sa moisson ne sont pas forcément tous destinés à faire le même travail.

La première difficulté vient du fait qu’il faut être réceptif à cet appel. Le tohu-bohu du quotidien, les soucis, le manque de paix intérieure… peuvent facilement masquer cet appel. C’est pourquoi dans une vie spirituelle, il faut savoir prendre le temps de relire sa vie. Cela peut faire l’objet d’une retraite. Dans ce domaine, les retraites ignatiennes sont d’une grande efficacité. Il est également utile, chaque fin de journée, de prendre le temps de relire cette dernière. Le fait de revenir sur des événements passés nous permet d’avoir du recul et de les aborder avec une meilleure vue d’ensemble en étant un peu détaché de la disposition intérieure du moment.

Comment discerner ?

Recevoir un appel c’est une chose, faut-il encore savoir à quoi Il nous appelle. Il faut donc aussi savoir le décrypter. Ce qui est certain, c’est que le Seigneur ne te demandera pas l’impossible. Par exemple, un homme qui penserait être appelé à devenir prêtre alors qu’il lui est impossible de rester célibataire serait dans l’erreur. Dans le discernement, il est donc nécessaire dans un premier temps de bien se connaître soi-même.

Il est nécessaire aussi de ne pas rester enfermé sur soi-même avec cet événement. Le risque est de rester enfermé dans sa subjectivité. Le meilleur conseil que je puisse donner c’est de choisir un bon père spirituel. Il est celui à qui on peut tout dire, avec qui on peut être vrai. De ce fait, il a une excellente connaissance de la personne qu’il guide. Avec son regard extérieur, il pourra être d’un grand secours pour aider la personne à faire le bon choix.

C’est une démarche qui doit être portée dans la prière. Et il est selon moi impossible de répondre à un appel si on n’est pas connecté à la source de cet appel. C’est une démarche qui doit se vivre en prenant son temps. La précipitation pourrait pousser l’appelé à prendre une mauvaise décision. Il ne faut donc pas craindre que le Seigneur reprenne cette grâce de l’appel car, prendre le temps de discerner c’est déjà en partie répondre.

La décision nécessitera un grand courage. C’est en effet un changement de vie dans pas mal d’appels. À ce propos, on peut se souvenir du jeune homme riche à qui Jésus demande de tout donner aux pauvres et de le suivre. Il n’a pas eu la force de répondre à cet appel du Seigneur.

Mais nous devons nous souvenir également que Jésus posa son regard sur lui et l’aima. Quelle que soit la décision prise, c’est ce regard d’amour que le Seigneur posera sur l’appelé. Il respecte la liberté de chacun.

Dans le cas d’un manque de courage ou celui de ne pas avoir su répondre à l’appel, souvenons-nous que Dieu aura toujours un projet pour nous. Dans ce domaine, c’est un peu comme un GPS. Si on prend une mauvaise direction, il recalcule une nouvelle trajectoire. On arrive toujours à destination. Cette destination, c’est la vie éternelle.

Conclusion.

Personnellement, être appelé, c’est toujours synonyme d’une grande joie. Le Seigneur n’appelle pas quelqu’un pour le rendre malheureux. Bien au contraire, répondre à l’appel c’est prendre une option pour un bonheur plus grand. N’ayons pas peur de répondre : « Me voici… ».

2 réflexions sur « Saison un, épisode cinq : Virage à 180°. L’appel et le discernement. »

  1. Très beau commentaire, qui exprime bien que le SEIGNEUR a tout son temps et ne fais rien dans la précipitation mais également plein de miséricorde.
    Merci yannick pour ce beau témoignage.
    Egide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *